Elections professionnelles 2008: les propositions de Sud Education 02

Les élections professionnelles du 2 décembre se rapprochent. Lisez ci-dessous la proposition de profession de foi pour Sud Education Picardie, par Sud 02:

- Parce que le service public de l'éducation est menacé,
→ et qu'à SUD (Solidaire Unitaire Démocratique) Education nous avons un projet d'école de qualité pour tous:

- Suppressions massives de postes d'enseignants: 11200 en 2008 et 13500 en 2009.
→ SUD réclame un nombre suffisant d'enseignants devant les élèves pour éviter les classes surchargées et le surcroît de travail qui pèse déjà sur les enseignants, pour permettre les dédoublements, pour que soit garantis les remplacements en cas de formation, maladie, maternité...
- HSA: la solution miracle à la baisse du pouvoir d'achat et à la réduction du nombre d'enseignants? Rien qu'en Picardie, les HSA équivalent à 1118 postes, soit 9% des heures enseignées. C'est la même politique qui entraîne la création de nombreux postes à compléments de service.
→ Il faut une véritable revalorisation du salaire qui doit passer par une revalorisation du point d'indice et non pas par une surcharge de travail.
- Multiplication des contrats précaires. Un pas vers la privatisation?
→ SUD exige la titularisation de tous les emplois précaires, parce qu'un service public ne doit pas obéir aux lois des entreprises libérales.
- Suppression programmée du service public de l'orientation, avec attribution de ces charges aux professeurs principaux qui n'y sont pas formés.
→ SUD est pour le maintien et le développement d'un véritable service public de l'orientation avec des personnels formés (conseillers d'orientation psychologues) et suffisamment nombreux pour assurer cette mission primordiale.
- Casse des concours nationaux de recrutement d'enseignants avec suppression des IUFM.
→ Les concours nationaux actuels, certes imparfaits, assurent au moins, et c'est primordial:
- une homogénéité de l'enseignement fourni pas l'éducation nationale sur l'ensemble du territoire.
- une égalité dans le recrutement des enseignants à l'échelle nationale. -une année de formation rémunérée (2ème année d'IUFM).
- Des nouveaux programmes démagogiques et rétrogrades, proposant une éducation « minimum vital » pour être rentable, de l'école primaire au supérieur en passant par les Bac Pro 3 ans.
→ Il faut des programmes avec un haut niveau d'exigences à atteindre pour tous, et les moyens de les atteindre. Une vrai place aux pratiques culturelles... Tout ceci afin de former des citoyens émancipés, dotés d'un véritable esprit critique et non pas de la chaire à patron. L'école n'est pas une marchandise, l'éducation n'est pas une entreprise.
- Accroissement des inégalités sociales avec la réforme de la carte scolaire.
→ Si réforme de carte scolaire il doit y avoir c'est pour plus de mixité sociale et de niveau entre les élèves, plutôt que pour fabriquer des écoles d'élite, et des écoles pour ceux qui restent.
- Le droit de grève et les droits syndicaux remis en question.
→ Dans une démocratie, le droit de grève et le syndicalisme constituent, de la même façon que le droit de vote, des outils fondamentaux de la participation du citoyen à la construction de sa société. SUD ne saurait accepter quelques reculs que ce soit sur ces acquis historiques.